Le pacte De Karina Halle

 

Titre : Le Pacte
Auteur : Karina Halle
Éditeur : Hugo & Cie
Date de parution : 7 Avril 2016

Synopsis :

Linden, Stéphanie et James sont les trois meilleurs amis du monde.
Linden est en train de devenir pilote d’hélicoptère, Stéphanie a créé sa marque de vêtements et ouvre sa première boutique, et James possède un bar. Ils habitent San Francisco, ils sont jeunes, ils sont beaux et ont beaucoup d’amis et de projets.

Un soir réunis dans le bar de James, Stéphanie et Linden vont faire un pacte. S’ils n’ont pas de relations sérieuses à 30 ans, ils se marieront. Au début, c’était marrant et sympa, mais au fil des années et des relations instables qu’ils vivent chacun de leur côté, le pacte va prendre de plus
en plus d’importance dans leur vie.

Pourront-ils préserver leur amitié ?

 

Mon Avis :

 

Alors oui le thème n’innove en rien, et oui ce n’est pas la romance de l’année. Pourtant j’ai vraiment aimé cette lecture et je lirais la suite avec plaisir. Ce que j’ai vraiment apprécié dans ce roman et le fait que l’on suive les personnages principaux sur plusieurs années ( ils ont 25 ans lors du premier chapitre et 31 au dernier), on les suit donc au fil des années, on les vois évoluer, changer, grandir, faire des erreurs, tâtonner…etc. Et surtout on suit une romance réaliste, j’entends par là que les personnages ne passent pas 5 ans à sa tournée autour sans avancer dans leur vie, non ici comme dans la vraie vie ils côtoient d’autres personnes, ils ont des coups d’un soir… Il n’y est pas question non plus d’un homme ou d’une femme parfaite là tous les deux ont des défauts et personnellement j’ai vraiment eux l’impression de les connaitre tous les deux, leurs côtés positifs comme négatif. Le fait que ce soit un roman à deux voix aidé beaucoup également à cerner les deux personnages et a comprend comment leur situation peut s’étirer ainsi en longueur.

 

Bien sûr il y a quelques petites choses qui m’ont déplu, comme le fait que l’on passe de presque d’aucune scène de sexe sur prés de 300 pages et que d’un coup on se retrouve avec une scène de sexe toute les 10 pages sur 50 pages, et qu’à nouveau elle disparaisse toute, ce qui nous fait passer de presque frustrer à juste vouloir passer à autres choses. L’autre chose qui m’a aussi dérangé c’est James, je trouvais la réaction de Linden et Stéphanie à son égare à la fin assez peu réaliste, peu importe à quel point ils étaient proche certaines choses prenne beaucoup de temps à pardonner et là j’ai eu le sentiment qu’en 2 secondes toute était réglée.

 

En résumé, c’est une romance vraiment sympathique qui pour une foi montre une vraie évolution chez les personnages au fil des années. Le thème sans être innovant reste intéressant et l’écriture de Karina Halle étant très fluide le roman ce lis d’une traite et facilement. Je lirais donc la suite avec plaisir d’ici quelque temps, surtout que Karina Halle elle-même m’a avoué que le tome 3 est son favori j’ai donc encore plus hâte d’arriver à ce point de la saga !

 

Ohhh est j’ai presque oublié : Linden est ECOSSAIS ( alors forcément comment voulez-vous lui résister hein ? Penser a son superbe accent coupler à un super physique, et dites-moi franchement comment résister ? ^^ )

 

Ma note : 17/20

Les Tribulations d’une Gothique Amoureuse de Cécile Guillot

Couverture Les Tribulations d'une Gothique Amoureuse

 

Titre :  Les Tribulations d’une Gothique Amoureuse
Auteur : Cécile Guillot
Éditeur : EDB
Date de parution : 01 décembre 2015

 

Synopsis :

« Lily est amoureuse de Vince, mais pas seulement… Elle aime aussi…
La vie.
La musique.
Son travail.
Ses corsets.
Les cupcakes.
Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… elle décide de vivre ses rêves au lieu de rêver sa vie… »

 

Mon Avis :

 
Cela fessait très longtemps que je n’avais pas lu de Chick-Lit et quand j’ai vu par hasard cette cover sur internet je me suis dit qu’il me le fallait, je craque rarement à ce point sur une cover. Je suis comme tout le monde bien entendu j’aime que mes livres aient de jolie couverture mais ce n’est pas impératif chez moi. Enfin tout ça pour dire que quand j’ai vu cette cover je n’ai plu résister et quand je me suis rendu compte que c’était de la Chick-Lit je me suis rué dessus en espérant renouer avec ce genre qui je m’en rend compte maintenant m’avais manqué de par sa fraicheur.

 
Pour l’histoire en elle-même, donc on suit Lily, elle est professeur dans une école pour enfants en difficulté et en même temps bassiste dans un groupe (soit dit en passant j’ai vraiment adoré le fait que pour une fois on a une personnage principale bassiste et non chanteuse comme c’est souvent le cas). Donc d’un groupe de rock/métal qui reprend clairement des classiques de ces genres pour ceux qui aiment se type de musique ( ce qui est mon cas et non je n’étais pas toute folle devant ma liseuse à chaque fois que je comprenais une référence). Lily aborde un look gothique et elle en est très fière, j’irais même jusqu’à dire qu’elle en joue mais soyons claire sa lui va bien. Et bien sure elle est amoureuse de Vince(nt) le batteur Bad boy ( enfin qu’elle croit être un bad boy) qui lui est bien ne partage pas vraiment ses sentiments au premier abord ( ou a tous les abords ?). Et à partir de la disons que les cupcakes deviennent son (notre) seul réconfort …

 

J’ai vraiment bien aimé ce roman s’est court en 2h/2h30 de temps j’avais fini ma lecture, c’est frais et pas prise de tête. Si j’avais 1 ou 2 commentaires négatifs à faire ce serait sur le fait que les personnages secondaires sont très peu développés en général ce que j’ai trouvé fort dommage car clairement il y avait du potentiel, j’ai également trouvé que la romance arrivée un peu trop sur le tard et que du coup ça nous laisse un petit gout d’inachevés à ce niveau. Je lirais quand même avec plaisir d’autres romans de cet auteur car son style et la culture qu’elle met en avant dans ce livre mon vraiment plu, sans parler que j’ai eu le plaisir de la rencontrer au Salon du livre de Paris et qu’elle est extrêmement sympathique.

Ma note : 17/20

 

 

Bad – Amour Interdit de Jay Crownover

Couverture Bad, tome 1 : Amour interdit

 

Titre : Bad–   Amour interdit
Auteur : Jay Crownover
Éditeur : Harlequin – &H
Date de parution : 09 mars 2016

Synopsis :

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.

Mon Avis :

 

Tout d’abord il vous faut savoir que j’attendais la sortie de ce livre avec impatiente, pour vous dire je l’avais même prés commander depuis plus d’un mois sur Amazon. La raison de mon impatiente était que plusieurs boooktubers français comme étranger on fait l’éloge de cet auteur et que forcement ma curiosité a été piquer au vif. Cependant ça a mal commencé, en effet alors que le livre est sorti le 9 mars, Amazon n’a pas été en mesure de me l’envoyer avant le 15, dire que j’étais frustré, et à deux doigts de l’acheter en magasin serait peut dire, mais en fille sage que je suis ( ou pas) je me suis retenue et j’ai donc commencé ma lecture en rentrant de la fac le 18 ( près de 10 jours après sa sortie mais passons ).

 

Tout d’abord je dois vous dire que j’ai passé un très bon moment avec ce livre, c’est un livre qui ce lis très rapidement et qu’on n’a pas envie de lâcher ( un vrai page-turner en somme), car chaque chapitre nous donne un peut plus envie de continuer et de voir comment tous ça va évoluer. Cependant il y a quand même quelque petit point qui m’a déplu.
Commençons par le positif : Bax, déjà à lui tous seul il fait une grande partie du roman, et pas uniquement car c’est un roman à deux voix entre lui et Dovie. Non ici on a un bad boy complètement assumé, ce n’est pas le genre de personnage auquel on prêt une zone d’ombre sans réel fondement non Bax lui est bad et pas qu’un peu. Pour vous donner une idée on le rencontre alors qu’il sort de 5 ans de prison et qu’il vient juste d’aller rendre visite à une prostituer ( bien qu’il ne l’ait pas payé puisque forcement Mr se voit offrir ce genre de chose gratuitement) sympa comme début non? Dois-je ajouter que juste après il casse le nez d’un autre type qui l’avait bien chercher mais tous de même? Et tout au long du récit il ne s’assagit clairement pas, a part peut-être dans sa relation avec les femmes mais pour le reste on a un Bad Boy de long en large, et ça m’a plu que l’auteur ne cherche pas à changer son personnage. Par contre ce qui m’a un peu déplu et je ne sais pas si c’est un choix de l’auteur, de la traductrice ou d’Harlequin mais à chaque fois que l’ont passé dans l’un des chapitres de Bax l’écriture devenait très basique, exemple :  » …,je lui est dit » ou encore « elle dit » où  » Je savais pas ce que ». Je comprends l’effet rechercher qui est ici de nous faire comprendre que Bax n’a pas un niveau d’éducation élever, et pour la partie dialogue cela ne me dérange pas mais pour la partie romancée j’aurais aimé des « lui dis-je » des « dit-elle » et des  » Je ne savais pas … »

 

Quant à Dovie, elle incarne l’opposer de Bax, elle est calme, douce, aimante, toujours là pour les personnes aux quel elle tient. Cependant au fil récit ils vont se rapprocher malgré leurs différences et Dovie va réussir à faire comprendre à ce Bad Boy bien des choses à sa manière. Tout en apprenant aussi des choses sur elle-même a l’aide de Bax, au point je doit dire qu’elle m’a surpris par sa réaction dans le chapitre 15 ( je ne veux pas spoiler mais si vous l’avez lu je pense que vous voyez a peu prés de quoi je parle).

 

Pour conclure donc j’ai vraiment aimé ce livre, il ne révolutionne pas le genre, mais j’ai beaucoup aimé l’ambiance de The point et cette plonger dans un univers un peu différent de ce que l’on croise en général. L’histoire et la romance son intéressante et nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière page. Je lirai donc la suite sur le frère de Dovie, Race (whouu ça promet) le mois prochain avec plaisir.

Ma note : 17/20